DE FEUILLES EN AIGUILLES

Le soleil boude, les températures restent dépressionnaires. Pour esquiver le coup de blues, voici un triptyque d’idées déco, 100 % récup’ et nature. Invitez les fleurs dans votre salon et faites rappliquer le printemps ! Il paraît qu’elles sont de formidables antidépresseurs…

Tambour à fleurir

BOUQUETS PRINTEMPS_6-antigaspi-blog

Tricot, broderie, crochet, macramé, cela ne vous aura pas échappé, nos « mémés » n’ont plus le monopole des travaux d’aiguilles, c’est devenu hyper tendance. D’accord, mais vous, vous n’avez ni la patience, ni la dextérité de vous lancer dans le point mousse, le point de piqûre ou encore le point jersey. Pas de panique, nous vous proposons de créer un tableau végétal uniquement à partir d’éléments collectés sur votre terrasse ou dans le parc d’à côté !

Pour confectionner un cercle à broder comme celui-ci, il vous faudra :

– Un cercle en bois (à dénicher dans un carton du grenier ou dans une mercerie)

– De la toile à patron (découpée selon le gabarit de votre cadre à broder), veillez à laisser de quoi maintenir celle-ci

– Les feuilles, fleurs, tiges… de votre choix

– Un tube de colle à tissu

BOUQUETS PRINTEMPS-antigaspi-blog

L’idée, confectionner une sorte de couronne à plat. Textures, parfums, couleurs, laissez parler votre créativité. Votre imagination est votre seule limite. Et n’oubliez pas, quand on fait du « maison », on gagne à tous les coups.

Mobile d’aromates

BOUQUETS PRINTEMPS_2-antigaspi-blog

Thym, romarin, laurier, aneth, origan, menthe, sauge… Si vous aimez la cuisine qui fleure bon les soirées à rallonge et le chant des cigales, vous adorerez cette astuce qui permet d’avoir toujours des herbes aromatiques à portée de main ! Car s’il est bon d’utiliser les aromates fraîchement cueillis, se tourner vers des herbes séchées a plusieurs avantages : faire ses réserves et concentrer les saveurs.

Avant de suspendre par les pieds vos herbes aromatiques, il vous faudra évidemment les cueillir sur votre balcon, dans votre jardin si vous avez la chance d’en posséder un ou les piocher dans les plates-bandes de la voisine (avec son consentement bien sûr !).

Comment tirer le meilleur parti de votre grapille ? Tout d’abord, en récoltant vos herbes juste avant leur floraison (garantie d’une saveur optimale), si possible à l’aurore (avis aux lève-tôt).

Déposez délicatement les petits bouquets collectés dans un panier (un sac plastique les dégraderait). Retirez du mieux que vous le pouvez terre, poussière ou petits insectes indésirables.

Assurez-vous enfin d’avoir trouvé l’endroit adéquat pour entreposer votre mobile d’aromates séchés (endroit sec, mais pas en plein soleil, ventilation suffisante).

BOUQUETS PRINTEMPS_1-antigaspi-blog

Séparez vos herbes aromatiques en petits bouquets, de cinq à dix branches. Nouez-les bien avec une ficelle brute. Suspendez-les à l’envers sur un fil tendu, façon corde à linge, sur un cintre ou sur un séchoir (mieux vaut qu’ils ne se touchent pas). Utilisez-les à mesure de vos besoins (tisanes, plats cuisinés…) ou conservez-les sans trop les entasser dans des bocaux en verre hermétiques.

Suspension des sous-bois

BOUQUETS PRINTEMPS_4-antigaspi-blog

Envie d’encore plus de printemps ? Dans ce cas, lancez-vous dans la création d’une suspension recup’ à l’esprit forestier.

Première étape : glaner de la mousse à l’ombre des arbres de votre jardin ou au détour d’un coin forestier, récupérer un peu de bon terreau, ainsi qu’un bulbe de printemps (ici des muscaris, mais vous pouvez opter pour un crocus, une jacinthe ou même une succulente qui demandera encore moins d’eau) et enfin un long morceau de corde brute.

Coupez votre ficelle en deux morceaux de même longueur. Réalisez un nœud centré afin d’obtenir quatre morceaux.

BOUQUETS PRINTEMPS_3-antigaspi-blog

Laissez les racines du bulbe faire trempette, le temps de réaliser votre contenant 100 % naturel. Formez une boule de mousse, placez-y de la terre et enfouissez votre bulbe ragaillardi au creux de ce nid.

Suspendez votre création et pschiiiitez régulièrement la mousse afin de maintenir les racines de vos fleurs humides.

Cueillette tolérée et modérée

Les forêts sont protégées et on n’y fait pas ce que l’on veut. Tous les produits de la forêt appartiennent à son propriétaire (l’État y compris quand il s’agit de forêts domaniales). Légalement, la cueillette y est interdite mais elle est cependant tolérée, à petite dose ! On veille donc à ne pas ramener toute la forêt chez soi et à prélever seulement ce qu’on sait qu’on utilisera.

Article réalisé pour Oui Mag ! Le magazine de La ruche qui dit oui, à retrouver ici :

©Olivier Cochard

OUI MAG !

 

 

 

2 réflexions sur “DE FEUILLES EN AIGUILLES

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s