POUSSER LE « BOUCHON » ET MÉMÉ DANS LES ORTIES !

Il y a quelques semaines de cela, Natasha du blog Echosverts m’a invité à participer à l’éco-défi du mois d’octobre sur le thème de l’upcyling. Je suis honorée de compter parmi les 15 blogueuses conviées à montrer certaines de leurs créations recyclées. C’est ce qui me conduit, aujourd’hui, à vous dévoiler mon humble « jardin des simples », conçu, en partie, à partir d’objets viticoles, ça et là, récupérés…

À notre arrivée dans celle que j’ai baptisé « La cabane », je me suis d’emblée imaginée créer un « jardin des simples », à proximité de la cuisine. Relativement facile, la culture des aromatiques permet, en effet, de soigner les petits maux de l’hiver, de fabriquer tisanes, décoctions et autres délicieux sirops « maison » mais aussi et surtout d’enrichir ses plats de saveurs, inhabituelles pour certaines !

Aussi, ai-je débuté avec une poignée d’essentiels : persil, basilic, menthe, ciboulette, laurier-sauce, estragon, thym et romarin… Petit à petit, à mesure des trouvailles, de nouvelles plantes médicinales et/ou savoureuses, plus fantasques, sont venues rejoindre ce mini-jardin : sauge ananas, géranium orange, shizo, bourrache, citronnelle, verveine-citronnelle, aloe vera, mélisse, lavande, Alkékenge (également appelée amour en cage), anis, oseille, huitre végétale, pimprenelle, olivier, nivelle, capucine, oka du Pérou, menthe banane, basilic sacré, plante à sucre, poivre végétal, goji… jusqu’aux choux d’ornement (pour le plaisir des yeux, eux !).

diy2-antigaspi-blog_5

diy2-antigaspi-blog_4

Cette petite figure rapportée du Japon, où nous nous sommes rendus à l’occasion de notre voyage de noces, a, par ailleurs, su trouver sa place parmi les vivaces. Elle fait figure de clin d’œil aux petits esprits de la nature, si chers à la mythologie du pays du soleil levant !

Alchimie végétale

Farouchement décidée à retrouver une certaine autonomie vis à vis de la santé et éviter au maximum consultations chez le médecin et prescriptions médicamenteuses, j’ai éprouvé le désir de redécouvrir des remèdes traditionnels, capables de prévenir et soigner les petits maux, ceux qui peuvent nous indisposer dans la vie de tous les jours.

Chaque plante et même chaque partie de la plante possède, ainsi, ses propriétés propres et ses usages. Par exemple, l’aloe vera est connu pour ses propriétés hydratantes et apaisantes, on peut également agrémenter un smoothie de son gel pour son apport en vitamines, les feuilles de géranium à l’orange (non comestibles) peuvent, quant à elles, parfumer délicieusement un sirop ou un gâteau, les feuilles du shizo, infusées, agissent de leur côté, sur la toux, le rhume, les affections pulmonaires ou la nausée, les feuilles de l’huitre potagère, croquantes, au goût fortement iodé, se dégustent crues sur du pain beurré, quand les feuilles de verveine-citronnelle, fraîches ou séchées, servies sous forme de tisane, calment l’anxiété et favorisent le sommeil. Quant aux feuilles de petite pimprenelle, riches en tanin, elles s’utilisent pour cicatriser les petites plaies et se cuisinent aussi en salade !…

diy2-antigaspi-blog_1

Et bien croyez-moi, rien de plus réjouissant que de se reprendre en main côté «soins», tout comme on le fait pour son alimentation et son rythme de vie !

L’essentiel est de cibler ses besoins, de faire un choix judicieux d’espèces à faire pousser et, il va s’en dire, de bien se documenter avant de se lancer dans toute préparation !

diy2-antigaspi-blog_2

Autour du pot

Néanmoins, qui dit jardin, dit terreau, sable et surtout contenants, à moins que vous ne plantiez tout en pleine terre, ce qui n’est pas toujours évident (je fais bien évidemment référence à celles et ceux qui vivent en appartement). Si la culture en pots n’offre pas toutes les possibilités d’un jardin en pleine terre, elle présente bien des avantages, comme celui de pouvoir se trouver à portée de main ! Avant de vous lancez, sachez toutefois que la culture en pots est spécifique, car le volume de terre disponible pour la plante est limité. Aussi, faut-il accorder une plus grande attention au terreau au moment du rempotage. Par ailleurs, soumises au vent et à une importante isolation, vos plantes, auront besoin d’eau, vérifiez donc régulièrement le taux d’humidité de vos pots. Enfin, en hiver, les racines de vos plantes sont susceptibles de geler, ce pourquoi il faudra les couper à ras avant de les pailler.

Il n’est pas de contenant idéal, si ce n’est que celui-ci doit comporter des trous pour faciliter le drainage et l’écoulement de l’eau. Terre cuite, plastique, émail, métal, toutes les fantaisies sont donc permises ! Je me suis, de fait, amusée à recycler brots, caisses de vin, bassine, arrosoir, fût de chêne… en supplément des jardinières qui nous ont suivi lors de notre déménagement. Enfin, les variétés se multipliant et l’hiver approchant et craignant que ma mémoire ne me fasse défaut, j’ai cherché à parachever mon « œuvre » par un marquage des variétés.

J’avais, autrefois, investi dans des étiquettes en bois et ardoise, cette fois, je tenais à « upcycler » un objet du quotidien, plutôt que d’acheter quelconques écriteaux en jardinerie.

Et puis, cette astuce, vue sur Pinterest m’est revenue en mémoire ! J’ai immédiatement pensé « rien de tel que des bouchons de bouteilles pour étiqueter des plantes qui poussent à quelques encablures seulement du vignoble bordelais ».

unnamed

Nous avions, d’ores et déjà, pris l’habitude de mettre nos bouchons en liège de côté, car ils font également d’excellents allume-feux naturels, aussi, n’ai-je eu, le jour J, qu’à piocher dans ma collection !

diy2-antigaspi-blog_6

Mon jardin miniature n’a rien d’extraordinaire, il peut même paraître « brouillon » aux yeux de certain(e)s, mais là n’est pas la question. Il satisfait nos besoins au quotidien et ravit nos sens. Et puis, avouons-le, j’aime son aspect pittoresque. Sans compter, que celui-ci évolue en fonction des saisons. Voilà comment nos bouchons se retrouvent, joyeusement, nez à nez avec une paire de caisses de vin customisées et cet autre fût de chêne, recyclé en desserte pour cucurbitacées !

diy2-antigaspi-blog_7

Cet upcycling ne demandant aucune compétence de bricolage, gageons qu’il forcera l’inspiration !

 

Hier, vous avez pu découvrir la fabuleuse jupe réalisée à partir d’un tee-shirt de Leroyaumedephysalis, rendez-vous demain sur le blog Untresordansmonplacard pour réaliser une déco mise en bocal ! 

La Cabane anti-gaspi vous donne, quant à elle, rendez-vous le 20 octobre pour un nouvel « upcycling » pour Les Échos verts (https://echosverts.com).

D’ici là, n’hésitez pas à partager, vous aussi, toutes vos idées de jolies créations utiles et upcyclées tout au long du mois sur le groupe Facebook, les éco-défis d’Échos verts !

Photographies : OLIVIER COCHARD

 

 

 

 

11 réflexions sur “POUSSER LE « BOUCHON » ET MÉMÉ DANS LES ORTIES !

  1. Un trésor dans mon placard dit :

    Les bouchons de liège font de très bons petits écriteaux et la matière naturelle est parfaite pour un petit jardin.
    J’adore ton jardin miniature, il est trop beau et je découvre la menthe banane.
    Bon et bien si tu décides d’écrire un prochain livre ça pourrait être sur les plantes médicinales 🙂

    • La Cabane anti-gaspi dit :

      Bonjour Laurie, merci pour ton message et pour les compliments sur le jardin ! Concernant le prochain livre (parce qu’il en est bien un second en préparation), il n’abordera pas le sujet des plantes médicinales, sujet qui pourtant me passionne… Je ne t’en dis pas plus pour le moment, mais tu en sauras plus bientôt ! 😉

  2. Agnès dit :

    Magnifique jardin pas si miniature que ça!
    Outre la respiration et l’apaisement apportés par la cohabitation avec les plantes, le nécessaire côté goût et le fondamental aspect médicinal sont formidablement illiustrés dans ce bel article!
    Je récupère aussi quantité de contenants pour mes petites ( et parfois envahissantes ) plantations et j’aime particulièrement ce côté « bohème » dirais-je plutôt que « brouillon ».
    J’ai aussi une huître végétale…. succès fou à l’apéro!!! Mais je ne sais pas encore si elle résiste à l’hiver!?
    Je retiens l’idée des bouchons, que ce soit dans le jardin ou comme allume-feu ( ben oui, il fallait y penser!!!🤔).
    Merci Marie!

    • La Cabane anti-gaspi dit :

      Bonjour Agnès, merci pour ton retour ! Tu as raison, le terme « bohème » est plus approprié ! J’ai toujours préféré les jardins anglais aux jardin « à la française »… Idem pour l’huitre végétale et puis, c’est une délicieuse option pour les vegan, à l’heure de l’apéro, posée sur une tartine de beurre salé ! Pour les bouchons, tu me diras ?!

  3. Agnès dit :

    Ouiiiiiii, c’est bien toi dans l’Emission d’utilité publique et d’intelligence sans concession « CO 2 mon Amour »!!!
    Depuis longtemps j’attendais une rubrique : maison, beauté , alimentation dans l’émission de notre ami Denis Cheyssoux !
    Bravo, c’était génial !

    • La Cabane anti-gaspi dit :

      Merci 1000 fois, malheureusement c’était un one shot ! Je ne suis pas chroniqueuse sur France Inter, j’étais invitée à parler de mon livre « Les épluchures, tout ce que vous pouvez en faire »… En tous, je suis très touchée par ton retour.

  4. Pomme coing dit :

    Oh c’est parfait! Je le suis lancée cette année dans un potager des villes. Il y a des trucs qui n’ont pas marché et d’autres qui nous ont gâtés. Je me demandais juste comment j’allais my prendre pour que les petites plantations passent l’hiver alsacien sans geler. Tu parles de « pailler »? On coupe à ras et on met de la paille dessus cest ca? Crois tu qu’on puisse cultiver toute l’année en rentrant certaines jardinières? Je pense au persil par exemple? Je te remercie pour tout ce que tu partages ici, je suis fan!
    Bonne semaine !

    • La Cabane anti-gaspi dit :

      Quelle belle idée que ce potager des villes ! Oui, concernant le paillage, il s’agit de recouvrir la plante afin qu’elle ne gère pas, mais pas obligatoirement avec de la paille… Chez nous, nous broyons, les branches cassés (et leurs feuilles) ou tout ce que nous taillons et épandons ce paillis au pied des plantes afin qu’elles résistent à la chaleur de l’été, le principe est le même en hiver ! Pour ce qui est des aromates, tu peux également les mettre sous cloches (de verre ou de plastique, avec les pots dans lesquelles tu achètes tes plantes, par exemple) afin de les faire tenir pendant l’hiver ou les rentrer au chaud (mais pas trop !)… Enfin, merci pour les compliments, cela met du baume au cœur, vraiment !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s